jeudi, 14 décembre 2017
 

Officiel. DSK est libéré sous caution et placé en résidence surveillée

Après l’inculpation de DSK dans le cadre de la séance avancée de l’audition qui aurait eu lieu demain par un jury populaire, le Juge de la Cour Suprême de NY a décidé, malgré tout, de libérer DSK sous conditions.

Les conditions, les voici :

1. Le port éventuel d’un bracelet électronique. Finalement, DSK portera bel et bien un bracelet. En plus de ce bracelet, un contrôle électrique permanent sous caméra vidéo sera effectué par un garde armé posté devant l’appartement. Seules 4 personnes dont les noms ont été communiquées au Juge auront le droit d’accéder à cet appartement (en dehors de la famille).

2. L’engagement de ne pas sortir du pays. Remise des passeports et autres laisser passer.

3. Le placement en résidence surveillée et sous haute surveillance, non pas chez sa fille mais dans un appartement loué par A. Sinclair à New York ; le Procureur Adjoint ayant estimé que la présence de sa fille aux USA était temporaire. Anne Sinclair est née en Amérique, elle a donc une double nationalité et a apporté la caution nécessaire.

4. La caution de 1 million de dollars avec un dépôt de garantie de 5 millions de dollars constitués par l’hypothéque de la Maison de Anne Sinclair.

5. La prise en charge des frais de surveillance (gardien (s) qui seront postés devant l’appartement en permanence. Ce qui suppose au moins 2 personnes.

6. DSK pourra sortir, sous conditions et garantie de protection.

Toutes ces conditions doivent être réunies avant la mise en liberté effective de DSK qui va rester en prison, momentanément. Le moindre problème, occasionnerait le retour de DSK en prison a prévenu le Juge.

"Les choses sont meilleures qu’avant" a déclaré l’avocat de DSK à la sortie de l’audience. Est-ce le début de la fin du cauchemar pour DSK ?

Les choses n’ont pas été simples puisque l’Adjoint au Procureur de NY s’y est fortement opposé en insistant sur le "potentiel criminel" que représente DSK et sur la rapidité avec laquelle il avait quitté "la scène du crime".

C’est lui qui a qualifié la caution de 1 million de dollars "de dérisoire" eu égard aux moyens financiers de DSK. De plus, a dit le Procureur Adjoint, la France n’extradie pas ses ressortissants et cela n’est pas rassurant pour la présence future de DSK devant la Cour.

Continuant sa charge, le Procureur Adjoint a parlé de "preuves irréfutables" déjà réunies contre DSK par l’enquête, à son stade intial.

"C’est à l’accusation de rapporter ses preuves, au-dela du doute raisonnable" (Robert Badinter)

Malgré tout, le Juge de la Cour Suprême, Michael Obus, a décidé de libérer DSK. Comme l’a dit Robert Badinter en direct sur la 2, "C’est à l’accusation de rapporter ses preuves, au-dela du doute raisonnable", dans la Justice américaine.

Jusqu’ici, cette Justice a été très brutale dans le traitement de DSK. Il était normal de réequilibrer les choses, de les dédramatiser et de les ramener à la normalité.

Le procès peut également ne pas avoir lieu, a rappelé Franz Olivier Giesbert, toujours sur la 2 chez Pujadas qui animait une émission spéciale intitulée "l’affaire DSK".

« Très soulagés et ravis »

"Nous sommes très soulagés et ravis" a dit l’un des avocats de DSK, "Les choses sont meilleures qu’avant" a-t-il indiqué. DSK "passera cette nuit en prison. Nous espérons que demain, il pourra être libre, le temps de réunir toutes les conditions énoncées par le Juge".

Prochaine audience de DSK le 6 Juin prochain pour commencer à répondre aux 7 chefs d’accusation qui ont été retenus contre lui par le Juge Lundi et confirmés par un jury populaire avant l’audience de ce Jeudi. En conséquence, l’audience initiale du 20 est supprimée.

 
A propos de Mon site SPIP
Sans réagir sur le fond des motifs du mandat d’arrêt international du Président Soudanais : crimes de guerre et crimes contre l’humanité, l’Union Africaine a pourtant manifesté son extrême prudence pour cette condamnation d’un de ses membres. Raison avancée : la sécurité et la paix doivent primées sur la (...)
En savoir plus »
Thèmes