lundi, 18 juin 2018
 

La Gauche serait entrée au pouvoir "par effraction", en 1997 : François Baroin

Hier à l’Assemblée Nationale, le Ministre de l’Economie, François Baroin a dégoupillé une bombe qu’il a projeté dans le camp de la Gauche en disant que les socialistes étaient arrivés au pouvoir "par effraction" en 1997. Un peu pour les mettre en difficulté sur le bilan de Lionel Jospin. En effet, un parlementaire socialiste venait de faire la comparaison bilan contre bilan en invoquant l’état des finances sous la mandature Jospin à celui calamiteux actuel qui justifierait (selon le gouvernement) un second plan d’austérité que les spécialistes annonce encore plus dur prochainement.

Ah oui, lui a répondu le Ministre de l’Economie de Nicolas Sarkozy. Ainsi donc, vous aviez un excellent bilan et une dette minime. Mais dites moi comment êtes vous arrivés au Pouvoir ? Avez-vous remporté l’élection ou avez-vous bénéficié précisément d’une erreur de jugement du duo Juppé-De Villepin  : l’un comme Premier Ministre de la France de mi 1995 à début 1997 et l’autre comme Secrétaire Général à l’Elysée, autant dire le Vice-Président, compte tenu des liens étroits presque de fialiation adoptive et même de mimétisme et de ressemblance physique qui les liaient, lui et le Président Chirac. On croirait presque De Villepin le fils que Jacques Chirac n’a pas eu, même si, au même moment, le Président Chirac nous disait qu’Alain Juppé « était le meilleur d’entre nous ». Ah oui ? C’était quoi le bug de la dissolution de l’Assemblée Nationale en 1997 ?

Donc, voilà comment la Gauche a récupéré la mise d’une chose improvisée à des fins douteuses par ailleurs. Mais, les élections ne connaissent pas le régime du verre à moitié vide ; c’est toujours le verre à moitié plein. On peut toujours dire qu’en 1997, ce n’est pas la Gauche qui a gagné mais la Droite qui a perdu, toujours est-il que la loi Majoritaire donne un gagnant. Donc, c’est vrai, le Ministre de l’Economie n’a pas exagéré dans le fond : il y a des élections qu’on gagne "par effraction", bien entendu. Disons de façon moins glorieuse, car auparavant, en 1995, Lionel Jospin venait de perdre l’élection présidentielle par un score net et sans appel face à Jacques Chirac. Il n’y avait pas photo.

En gagnant d’une façon aussi peu glorieuse, "par effraction" donc, sans gloire, en profitant de la faute du camp adverse, on devrait être un peu plus humble et ne pas la ramener à tout bout de champ en paradant avec pancarte sur le thème du "bon bilan". C’est ce que voulait dire Français Baroin.

La Gauche a surjoué son indignation

En surjouant l’indignation dans le genre "je suis indigné, je quitte les bancs de l’hémicycle", la Gauche à répondu par la forme à une attaque politique réglo formelle, donc somme toute ordinaire : une posture politique (la sortie des Députés socialistes de l’Hémicycle) a répondu à une autre (l’accusation de l’entrée au Pouvoir par effraction) qui répondait à une précédente (le bilan élogieux de Lionel Jospin entre 1997 et 2002 contre celui calamiteux de la Droite du Président Sarkozy). Curieusement, dans ce débat, François Fillon semble épargné. J’adore le personnage François Fillon, il file doucement sous l’eau, comme un poisson, jusqu’à ce que Rachida Dati vienne jouer les Pirhana.

Les « jeunes » et les « vieux » en Politique développent les mêmes réflexes d’avidité du Pouvoir. Plus vous recevez de cadeaux politiques, plus vous en demandez avec effronterie, arrogance, et parfois imposture quand ce n’est pas du mépris voire de la bassesse. Alors, les sondages montrent à quel niveau de mépris les Français tiennent la classe politique pour de tels comportements publics de prédation affichée, toutes dents dehors, en étant très sûr(e) de son bon droit. C’est la République des partis politiques où tout le monde est égal à tout le monde et tous les arguments et pratiques y compris d’accouplement qui accordent des passe droits sont autorisés. Alors on assiste ébahis à des choses qui devaient se régler en coulisses au sein du parti ; on vient prendre les médias et le peuple à témoin lorsqu’on est en difficulté ; ce qui n’est jamais le cas, lorsqu’on jouit des cadeaux et des câlins appuyés de ses parrains en politique.

C’était une parenthèse sur Fillon et le drame personnel qu’il vit actuellement sur la place publique. On pensait que Député européen avait du sens, apparemment, c’est une voie de garage. Cela nous renseigne sur le dégré d’importance et d’estime de l’institution européenne dans le coeur de certains de ses représentants Français.

Alors, la Gauche est indignée, depuis hier pour son "arrivée par effraction au pouvoir" en 1997. Elle a besoin d’excuse. Franchement, je trouve qu’on n’a plus d’humour dans ce pays. On a perdu le second degré des choses. A titre personnel et pour quelqu’un qui apprécie le "plaisir du texte" et des mots et consomme le langage comme une nourriture pour l’éveil intellectuel et spirituel, c’était un pur joyau de joute politique.

Franchement, j’ai adoré ce Baroin là. C’était jouissif d’entendre cela. Ca nous change des chialements et du déballage public contre François Fillon dans les médias actuellement.

La Politique c’est aussi l’art du langage, d’un langage élégant et percutant. La Gauche dit qu’il s’agit d’insulte. La politique c’est aussi l’art du détournement de langage, de la démagogie et de la mauvaise foi, alors c’est vrai, chacun peut faire semblant d’entendre ce qu’il veut bien entendre ou de comprendre autre chose que ce que son interlocuteur lui dit. Alors, vous me direz, ça fait cafouillage si chacun entend ce qu’il veut bien entendre ?

Ce n’est pas si simple. A vrai dire, même le démagogue a conscience de sa mauvaise foi voire de son manque de fair play. Il y a un baromètre, une sorte de véritomètre dont la règle s’énonce comme ceci : en général, quand ça fait mouche, c’est que la flèche a atteint sa cible. Baroin a répliqué juste et fort et là le PS est ...Touché.

Et puis, n’oublions pas qu’on est entré dans la période électorale.

 
A propos de Mon site SPIP
Sans réagir sur le fond des motifs du mandat d’arrêt international du Président Soudanais : crimes de guerre et crimes contre l’humanité, l’Union Africaine a pourtant manifesté son extrême prudence pour cette condamnation d’un de ses membres. Raison avancée : la sécurité et la paix doivent primées sur la (...)
En savoir plus »
Thèmes