mardi, 21 août 2018
 

Règlements des comptes dans la banlieue Marseillaise. La connection Franco-Italienne.

Un reportage de la 2 sur le grand banditisme et les règlements de comptes meurtriers dans la banlieue Marseillaise a montré comment les gangs de quartiers contrôlent leur territoire par les armes, la violence et le trafic de drogues. Ces gangs sont armés, organisés de manière professionnelle et le business est prospère.

Leur organisation huilée est similaire à celle des groupes mafieux qui ont repris du service en Italie, aidés par la crise de l’euro. Comme la SACRA CORONA UNITA et la N’DRANGHETA, les gangs de banlieue sont autonomes et donc extrêmement mobiles et mutables. Ce qui les rend difficilement encerclables.

Il faudrait être aveugle pour ne pas voir que les ramifications Italiennes des organisations mafieuses en Albanie, dans les Pays Bas et en Australie par exemple existent aussi en France.

L’irresponsabilité criminelle des banques européennes dans le financement des PME et dans l’attribution des crédits aux particuliers finit dans la criminalité généralisée : elle tue les PME prise dans l’étau des mafias qui restent les seuls organismes prêteurs. La même irresponsabilité criminelle bancaire pousse les jeunes des banlieues dans les organisations du crime. Conséquence, l’irresponsabilité est générale.

A la tête de cette généralisation, il y a la mafia bancaire des banques européennes.

La grande délinquance organisée au niveau bancaire et des institutions européennes a resuscité les mafias traditionnelles et généré d’autres insécurités en cascades au sein de l’Europe. Le crime bancaire de l’eurozone appelle le crime social.

Lisez ici le rapport d’un syndicat des PME Italiennes étranglés par le racket de la mafia et le manque de liquidités : coincées entre le marteau et l’enclume.

Les Etats européens ont choisi de renflouer les banques abritant des actifs pourris d’origine mafieuse, couvrant ainsi les mafias professionnelles. On ne voit pas le même effort en direction des PME et en direction des personnes. Alors, les mafias ont repris du service, comme au bon vieux temps.

 
A propos de Mon site SPIP
Sans réagir sur le fond des motifs du mandat d’arrêt international du Président Soudanais : crimes de guerre et crimes contre l’humanité, l’Union Africaine a pourtant manifesté son extrême prudence pour cette condamnation d’un de ses membres. Raison avancée : la sécurité et la paix doivent primées sur la (...)
En savoir plus »
Thèmes