lundi, 18 juin 2018
 

Etats-Unis. Jon Huntsman quitte la compétition présidentielle et se réserve pour 2016

A quelques jours du vote en Caroline du Sud, Jon Huntsman est donné comme sortant de la course des primaires Républicaines. L’information a été communiquée par son équipe de campagne dans la soirée de Dimanche et, ce lundi, le candidat devrait le confirmer au cours d’une conférence de presse.

Le communiqué précise que Huntsman va endosser Mitt Romney et qu’il "ne souhaite surtout pas se mettre en travers du chemin du candidat le mieux préparé pour battre Barack Obama" chez les Républicains et ce candidat, on l’aura compris, c’est Mitt Romney.

Arrivé troisième dans le NH, l’équipe de Huntsman qui avait “squizzé” l’Iowa pour concentrer toutes ses forces sur le NH espérait une place de second qui aurait ouvert les portes du paradis : l’argent récolté auprès du public. Troisième, ça ne le faisait pas et l’équipe qui souffrait déjà de finances insuffisantes pour l’enjeu en a tiré la conclusion brutale qui s’imposait à savoir que "l’atterrissage sur la scène politique en provenance de la diplomatie internationale est plus que violent", ce sont leurs mots.

Jon Huntsman était Ambassadeur des Etats-Unis en Chine sous l’administration Obama. Le genre d’argument qui peut jouer en sa faveur (capacité à transcender les partis) mais également le pénaliser (association avec Obama, "l’ennemi").

Le principal journal de la Caroline du Sud lui avait pourtant apporté son soutien, samedi, le qualifiant de "candidat de principes" par opposition au "candidat très séduisant" qu’est Mitt Romney.

L’argent, c’est le nerf de la guerre.

Rick Santorum rencontre également le même problème de manque d’argent.

Ceci dit, l’argent ne compense pas le manque de susbstance. Rick Perry a beaucoup d’argent mais manque de consistance. Gingrich en a également, mais fait du yo-yo dans les votes.

Reste donc parmi ceux qui ont de l’argent, deux candidats constants dans les sondages : Mitt Romney et Ron Paul.

Les sondages en Caroline du Sud donnent MItt Romney à 26 % environ, 25 % pour Gingrich et 20 à Ron Paul. Gingrich avait disparu de la tête des sondages et revient ici, certainement pour des raisons liées au territoire voisin du Texas de Rick Perry, le coin des durs des durs. Dans l’Iowa et dans le NH, Gingrich était en queue de peloton. Rick Perry est donné à 9 % et Santorum à 7. Santorum avait pourtant fait un score remarquable dans l’Iowa arrivant quasiment à égalité avec Mitt Romney. On avait parlé de 8 voix d’écart. Dans le NH qui suivait immédiatement l’Iowa, il est arrivé 4ème, n’a pas confirmé donc.

Probablement que le cas Santorum - l’homme d’un coup - a fait réfléchir l’équipe de Huntsman qui préfère conserver une crédibilité à leur candidat - crédibilité qui servira de capital pour rebondir en 2016 - au lieu de s’abîmer dans un avenir proche et d’être obligé de sortir par la petite porte. Ce qui ne devrait pas tarder à arriver à Rick Perry qui s’accroche, alors même que tout est perdu pour lui et cela depuis son écroulement lors d’un débat antérieur absolument catastrophique.

Photo. Huffpost UK Politics.

 
A propos de Mon site SPIP
Sans réagir sur le fond des motifs du mandat d’arrêt international du Président Soudanais : crimes de guerre et crimes contre l’humanité, l’Union Africaine a pourtant manifesté son extrême prudence pour cette condamnation d’un de ses membres. Raison avancée : la sécurité et la paix doivent primées sur la (...)
En savoir plus »
Thèmes