mardi, 21 août 2018
 

Premier jour de pseudo présidence Française. Angela Merkel réaffirme que le traité n’est pas renégociable.

Après la fête d’une pseudo victoire pour une pseudo Présidence qui a piétiné la République pour entrer par effraction à l’Elysée, le réveil est brutal.

Angela Merkel, décrétée persona non grata par le peuple de Gauche au moment des élections et qui a respecté le temps de l’élection présidentielle, a repris son droit de parole et son autorité pour dire, depuis Berlin, que "le pacte sur la discipline budgétaire ne sera pas renégocié. Il a été conclu avec les 25 membres de l’eurozone et est en voie de ratification. L’Irlande a programmé sa ratification prochainement".

La Chancelière a rappelé "qu’il y a une méthode fondamentale de travail en Europe qui est que tout ce qui a été acté collectivement ne puisse pas être remis en cause par une élection dans un pays". "Autrement, nous ne pourrions pas travailler", a-t-elle ajouté calmement.

La croissance découle de la discipline budgétaire et pas autrement. Elle est intégrée au pacte. Elle est consubstantielle à la discipline budgétaire. L’Allemagne ne croit pas que les plans de relance ou de renflouement (faits à partir de la dette) constituent le chemin à emprunter pour relancer la croissance, puisqu’ils augmentent justement la dette.

En revanche, l’orthodoxie préconise des réformes structurelles dans chaque pays pour relancer la production, l’investissement, la recherche, l’innovation, etc, par une restructuration intelligente des politiques publiques à l’intérieur de chaque pays et non de l’extérieur.

Le problème c’est que cela demande de réfléchir et certains dirigeants n’en sont pas capables. Alors, ils s’engouffrent dans la voie facile : l’endettement. Ca évite de penser. Les réformes structurelles ne font tout simplement par partie de l’ADN Français.

La croissance n’est pas exogène au pacte de discipline budgétaire signé. Elle est endogène. Un volet sur la croissance, vous savez comme on appelle ça ? Enfoncer les portes ouvertes.

Allo la lune ? Ici la terre.

Commentant le sujet pour CNN international, le correspondant de CNN Paris indique que tout porte à croire que les promesses excessives annoncées par la pseudo présidence Française vont être revues à la baisse ou ne pas voir le jour. Ex. les 60 000 postes annoncés. Après tout, le candidat PS nous a déjà montré de quoi il était capable en matière de reniement et de marche arrières.

Les promesses et le programme sont intenables. Tout le monde le savait et le sait au PS. Mais, on a fait comme si cela était possible. Le peuple affamé voulant entendre qu’il y aura des cadeaux de Noël, un candidat qui n’a pas de chance de gagner autrement fait les promesses. Au débat, il renie tout. Ce n’est pas grave. Pourvu qu’il gagne. La fin justifie tous les moyens y compris la négation de tous les principes de la République.

Dans cette élection, la République a été piétinée et bafouée. Le sang des Révolutionnaires viendra réclamer son honneur et son intégrité, un jour.

 
A propos de Mon site SPIP
Sans réagir sur le fond des motifs du mandat d’arrêt international du Président Soudanais : crimes de guerre et crimes contre l’humanité, l’Union Africaine a pourtant manifesté son extrême prudence pour cette condamnation d’un de ses membres. Raison avancée : la sécurité et la paix doivent primées sur la (...)
En savoir plus »
Thèmes