samedi, 26 mai 2018
 

Roselyne Bachelot, dame du pique pocket de la politique. Triomphe des "putains de la République".

Le 20 Juin et après, n’achetez plus les livres des ogresses et ogres en politique qui veulent se faire payer deux fois voire plus et en primes, font embaucher leurs enfants (fils et consorts) à des postes clés de la République. A côté d’eux, Jean Sarkozy c’était un enfant de choeur. Les plus grands prédateurs sont parfois tapis dans l’ombre de la médiocrité.

Ca y est. A peine Nicolas Sarkozy a-t-il pris ses distances (pour le moment ou pour longtemps, seul lui le sait), que les vrais visages apparaissent à l’UMP. Au lendemain de l’élection, c’est celui inhumain de J.P. Raffarin qui avait révélé un aspect disgracieux de l’homme critiquant cyniquement leur candidat aux présidentielles - en incriminant le "comportement de Nicolas Sarkozy".

Dans l’Express du 16 Mai, que voit-on ? Une horreur, sorte de monstruosité ventrale dont l’appétit politique depuis 30 ans de mandats et tutti quanti ne faiblit jamais. Tout au contraire, avec l’âge (67 ans), la monstruosité ventrue dans le style de la goulue de Toulouse-Lautrec (en matière de sexe - mais on sait que sexe et fric vont ensemble) ; appelons cela "la ventrale" pour dire la politique du ventre - comme en Afrique - est en forme et ça promet des mauvais jours pour l’UMP.

Page 40, Express du 16 Mai. Que lit-on ? Roselyne Bachelot, félicitée par l’Express ? cela ne s’invente pas, pour "sa prise de position en faveur du pacs en 1998. A droite, elle fut seule contre tous". Qu’est-ce que je vous disais, le fric et le sexe vont ensemble. Surtout, le sexe, nouvelle façon qui consiste à faire l’éloge de l’homosexualité triomphante, comme si avant les homos, le sexe n’existait tout simplement pas. La Gauche sexus politicus, mixte de relations fusionnelles et pulsionnelles entre médias et politiques voire entre politiques et médias, d’une part, et milieux du porno (gay ou naturel) n’en peut plus. Elle se pâme ; se branle ; se débauche et s’épanche dans des soupirs et des postures toujours plus languissantes de désir d’argent et de sexe ; la Gauche toujours plus encanaillée, droguée à ce coktail explosif qui a emporté le Directeur de Sciences Po récemment à New York, dans une chambre d’hôtel transformée en sex shop, drogues, séringues et alcools compris en cadeaux de bienvenue du somptueux "resort" New Yorkais.

Dans l’actualité récente, les médias ont envoyé des messages de toutes sortes à la communauté pour voter le nouveau Président, avec toutes les promesses de jouissance rêvées et à inventer - ça peut aller loin. A côté, l’échangisme et le viol en réunion publique façon DSK passé Grand Maître des cérémonies orgiasques et spécialiste du "libertinage revendiqué" que dis-je, hurlé sur les toits des médias et des villages people des politiques de Gauche qui reçoivent parfois le renfort de ceux de Droite, exemple, notre Madonne Roselyne, tout cela, partouzes, réunions rue Saint Denis à Paris, temple de la prostitution dans un ex club de strip tease transformé en restaurant où le menu vous invite, dès l’entrée, à un orgasme pour vous mettre en bouche et en jambes, le tout assaisonné d’aromates spéciales : genre quelques brins de "chit" à fumer, pour entamer la transe et la danse tournante, embaumée et caressée par les effluves de fumée, les vapeurs du Champagne, les lumières vampirisantes, les moquettes envoûtantes, la musique délicieuse et les transpirations des corps qui dansent, qui bandent, se torturent, se frottent dans un face à face compulsif et pulsationnel ou au choix, des corps collés dos contre ventre, se dévorent, la bouche grande ouverte. C’est toujours une révélation, une découverte "a dit DSK" au juge puisqu’il faut changer de partenaire le plus souvent possible. Bref l’extase n’a jamais aussi bien porté son nom.

Baiser utile : la putain de la République bis repetita

"Baiser utile" a dit un journaliste chez RTL à l’intention de ses consoeurs de la profession, "baiser utile", cela pourrait vous mener, en tant que première concubine, à la couche du président et au statut de première concubine de France. Les Américains ont employé le langage cru qui sied "la première girlfriend (copine) de France". Ca rappelle terriblement "la Putain de la République", un livre d’une ex de l’ex Ministre des Affaires Etrangères de la France, Roland Dumas, compromis avec l’affaire Elf où sa copine travaillait.

« Baiser utile », cela a coûté le renvoi du sieur. Comment ? Dire la vérité sur les journalistes postées aux "gate points" en intervieweuses des hommes politiques et qui, au lieu de monter la garde, y chassent et capturent leurs futures proies sexuelles. La profession est à ce point dénaturée que la chose se passe de commentaires. Oui, le « baiser utile » a cours et ce n’est pas parce que « les Guignols » n’en parlent pas, le dissimulent, alors qu’ils faisaient ostensiblement la pub, que dis-je ? la lèche au candidat Hollande, lui fournissant la courte échelle pour y arriver. Sans honte. Dans le même temps, ils faisaient « la nique » au candidat Sarkozy. A chaque fois qu’une émission satirique se corrompt dans la poursuite d’une idéologie (de Gauche cela va de soi, en France), la chose devient pathétique. Ca tue l’art de la dérision et de la satire, qui doit rester pur, comme "le Canard Enchaîné" le fait et le respecte. Les Guignols se sont dégradés et n’ont plus aucun intérêt. Il faut les rebaptiser « les Guignols d’Hollande », c’est mieux. Comme cela, il n’y aura pas tromperie sur la marchandise. Exit pour moi.

Baiser utile, les journalistes féministes ou au féminin et les Guignols l’ont fait. C’est clair. En tout état de cause, penser qu’une journaliste postée en pêcheuse d’homme politique le fait par amour désintéressé, c’est nous prendre pour des enfants. La chose est suffisamment grotesque en soi, pour qu’il faille ajouter les faux-semblants du genre, je suis amoureuse et je vois "la vie en rose", comme une gamine de 20 ans. Chimères. Tout est dans le "baiser utile". C’est le nouveau code secret de la "montée" des marches publiques. C’est devenu un art en soi.

La confession d’un enfant du siècle : « l’arrivée du président Hollande permet de réfléchir à l’attitude des médias ».

Surprenante "confession" de « l’enfant du siècle » qu’est Christophe Barbier. Oui, il mérite le titre, car, c’est vraiment "l’enfant" de Musset qui représente bien ce siècle. Un temps, c’était Alain Minc. Mais, le personnage a gardé un côté infatué du pouvoir et mal dégrossi de la pâte de l’énarchie.

« L’arrivée du président Hollande permet de réfléchir à l’attitude des médias », nous dit Christophe Barbier. Sauf qu’il a oublié une chose dans sa phrase. Il fallait dire « l’arrivée du président Hollande - aidée par les médias - permet de réfléchir à l’attitude des médias ». Comme cela, il peut nous dire comment les médias ne referont pas le crime démocratique.

Il n’empêche que, Christophe Barbier, dans son édito de ce même numéro de l’Express (16 Mai) nous promet ceci : "Moi, éditorialiste, je n’aurai d’obsession que l’intérêt du pays, et non celui d’une corporation, d’une classe ou d’un parti". Il continue sa confession en guise de "profession de foi" nouvelle à la manière du candidat F. Hollande lors du débat présidentiel, la "vulgarité" en moins.

Il faut la lire, elle mérite le détour, si vous ne l’avez pas encore fait. Je retiens tout particulièrement celle-ci et vous allez comprendre pourquoi immédiatement après. "Moi, éditorialiste, je serai sans pitié pour les manquements à l’éthique. (C. Barbier)" Pourtant, en page 40, on nous parle de la goulue en politique, Roselyne Bachelot et que dit-on ? L’Express annonce - pub gratuite ? - "la publication le 20 juin, des carnets de campagne - présidentielle et législatives - de Mme Bachelot, avec en bonus, le récit des joutes internes à l’UMP, devrait ravir plus d’un passionné de politique. Le titre promet : A feu et à sang ! (Flammarion)". Le Business électoraliste continue.

Après un mandat ministériel pour rien, le business électoraliste et éditorial(iste) continue la prédation politique et l’imposture intellectuelle des politiques qui retrouvent subitement une intelligence, après leurs fonctions ministérielles à l’encéphalogramme d’une platitude consternante. Sans honte. Passage en force toujours. Sans sanction. Ni par les journalistes. Ni par les éditorialistes. Ni par le microcosme. Ni par les partis qui n’ont aucun code déontologique et de moralisation de la vie publique.

Voilà le travail. Roselyne Bachelot, rien que pour avoir fait embaucher son fils à la tête d’un Institution de l’Etat et pour avoir fait perdre 93 millions au bas mot de vaccins commandés dans la hâte lors du virus H1N1, devait être démissionnée de son poste de Ministre de la Santé depuis longtemps. Mais, voilà, le Roi Sarko était faible devant ses Ministres incompétentes notoires, jamais virées, ni sanctionnées, au grand dam du peuple. On lui avait trouvé une voie de garage, "Sports et solidarités" où la seule mesure semble être la prime de Noël à confirmer ou pas chaque année.

Des salaires récoltés à ne rien faire plus un cabinet des fonctionnaires payés pour du vent. Au bout de cette inutilité politique, au moment des présidentielles, pas de Roselyne Bachelot nulle part et pour cause, la "dame de pique et de coeur", était tapie au coeur d’une cellule et prenait des notes pour sa reconversion en écrivain de fast-food, nouveau territoire de rentes ; sorte de garde à manger pour ogres et ogresses politiques (Shrek et sa fiona) - incapables de faire autre chose que de la politique et de se faire entretenir par la politique. Les véritables assistés de France sont ses ogres et ogresses politiques, sorte de tyranosaures des temps modernes, vampires de sexe et d’argent, goulue du ventre : monstruosités ventrues au sens où ça dévore tout sur son passage et après. - Une fois qu’on n’a plus le pouvoir, on se refait une beauté pour aller officier dans les médias par exemple.

On parle de plans d’austérité en Europe et en France ? Mais la chose est fausse, sinon, les ministres comme Bachelot n’existeraient pas ; et d’un. Et, quand bien même, ils seraient là en cadeaux d’anniversaires, leurs traitements injustifiés et non mérités devraient être divisés par deux, les retraites avec. Ca, ce serait de l’austérité productive qui permettrait de rendre cet argent disponible pour l’intérêt général.

Devinez quoi ? L’intéressée est la seule personnalité de droite que Hollande a sollicitée pour siéger dans la commission Jospin, tant contestée. Qui se ressemble s’assemble.

De l’éthique en politique, il en faudra dans les partis politiques.

Nous parlons de "moralisation de la vie publique" et on voit encore de tels comportements à l’oeuvre. De la même façon que le "baiser utile" des journalistes qui finissent dans la chambre du président est une entorse au code déontologique, il est scandaleux de voir qu’une femme politique (ogresse) qui participe aux réunions en femme politique, payée pour cela en ressorte avec un projet de bouquin. Ce n’est pas son job de faire cela. C’est de l’abus de position dominante. Et surtout, c’est trop facile.

Dans de pareils cas, la taxation F. Hollande 75 % doit s’appliquer dès le premier sous qui, en réalité, est doublement volé : volé au parti politique au nom duquel elle a été nommée, puisque c’est la seule compétence exigée des ogres et ogresses politiques pour être nommé au gouvernement et volé au public, car la dame est déjà rémunérée comme Ministre. Sur le plan de l’éthique, c’est aussi un rapt. On ne peut pas être dans la partie et après être dans l’édition de cette partie, en écrivain, journaliste ou enquêteur version Mc Do. Il y a ici usurpation de titres, de fonctions et incompatibilités nettes entre les deux statuts. Un Avocat pourrait attaquer ce type de prostitution littéraire des ogresses politiques en mal de reconversion qui dégradent la fonction d’écrivain en France en volant le peuple, en toute violation de tous les codes déontologiques en la matière. En invoquant le "conflit d’intérêts" manifeste ici.

S’il suffit de se tapir dans la cellule de campagne dans le but de réaliser un projet de publication, avec la complicité des journaux, la chose est inqualifiable. Pour l’UMP, c’est très mauvais. Non seulement, l’UMP n’a plus de chef naturel, si en plus les ogres et ogresses du parti se mettent à se comporter comme Mme Bachelot, alors, c’est grave pour l’image du parti.

Gouvernement Hollande vs UMP : avantage Hollande.

François Hollande vient de poser deux actes symboliquement forts. Le premier, c’est la baisse des salaires des ministres. Le second, plus fort encore, c’est la charte de déontologie signée par les ministres pour un comportement exemplaire. L’UMP devrait s’en inspirer et interdire les comportements pirates à la Bachelot. C’est une urgence. Et s’il faut exclure les pirates, que cela soit fait. De toutes façons, c’est comme pour Mme Boutin qui disait qu’elle avait une bombe qu’elle dégoupillerait en l’absence de signatures. Il n’y a pas eu de signatures, mais la dame est rentrée à l’UMP. Sagement et avec sagesse. Donc, le coup du chantage, on connaît. Au bout de 30 ans de mandats politiques, on doit penser sa sortie et à aller faire un vrai travail d’utilité publique enfin et cesser de voler publiquement.

Tant que le sommet de l’Etat et que les élus donneront cet exemple de voleurs et voleuses d’en Haut, la corruption et le "baiser utile" ont de beaux jours en France. C’est la France qui tombe. Peut-être allons-nous finalement croire qu’Hollande était la meilleure chose qui puisse arriver à la France et finalement adhérer à sa "normalité", à condition que celle-ci ne soit pas une façade de protection de la fabrique de nouvelles ogresses en politique du style de Roselyne Bachelot.

Au vu des premiers messages, cela ne devrait pas être pire. Entre Bachelot et Taubira ou Cécile Dufflot, bien sûr que je choisis Christiane et Cécile. Il n’y a pas photo. D’un côté, c’est éthique zéro et imposture permanente. De l’autre, la fenêtre est ouverte et ça crée de l’aération. On respire du nouveau. 30 ans d’expérience à Droite ont accouché d’ogresses politiques c’est tout. La compétence n’était pas au rendez-vous. Hollande a eu raison de ne pas reconduire ce schéma de dame de pick pocket du peuple.

Mais que fait Christophe Barbier ?

« Moi, éditorialiste C. Barbier, je serai, non avec l’opposition, pas plus qu’avec la majorité, mais en opposition, c’est-à-dire en constante recherche de la question qui gêne, de l’argument qui fait mouche, du doute qui oblige à réfléchir encore. »

La France des faux-semblants. Tout le monde "baise utile", à sa manière. Mais, il ne faut surtout pas le dire.

Image. « Putain de la république » - en vente chez Decitre.

Dernières nouvelles. Les travaux ont été faits et le ventre aurait disparu physiquement. Simplement, on parlait ici d’un ventre symbolique. D’où l’expression "la ventrale". Synonyme : cupidité sans bornes et appétit gargantuesque. Appétit des mandats, missions et postes politiques.

 
A propos de Mon site SPIP
Sans réagir sur le fond des motifs du mandat d’arrêt international du Président Soudanais : crimes de guerre et crimes contre l’humanité, l’Union Africaine a pourtant manifesté son extrême prudence pour cette condamnation d’un de ses membres. Raison avancée : la sécurité et la paix doivent primées sur la (...)
En savoir plus »
Thèmes