mercredi, 21 février 2018
 

Publication du patrimoine des élus : le tour de passe passe de F. Hollande. Du vent.

Ce qu’il fallait redouter avec les demi-mesures, celles qui ne vont pas "jusqu’au bout" est arrivé : la publication sèche du patrimoine des élus, brut de coffrage, tombé du ciel sans historiographie ni traçabilité aucune. Effectivement, si on en reste là et visiblement ça va être le cas, ça fait pschitt ! Tout çà pour qu’on finisse dans le Voyeurisme plat et passif.

Palmarès, podium : un tel a tel patrimoine. Cela ne nous avance à rien du tout, sans les fiches d’impôts et les revenus de l’an dernier par exemple. Aux Etats-Unis, on demande à un candidat aux présidentielles de présenter 10 ans d’avis d’imposition pour arriver à obtenir une lecture exacte de la trajectoire d’un enrichissement illicite ou non. Romney a donné deux ans seulement de ses avis d’imposition. La sanction n’a pas tardé : le peuple l’a renvoyé à sa sphère privative qui lui tenait tant à coeur, car il invoquait, comme nos élus qui refusent de fournir leur patrimoine et autres éventuels avis d’imposition, la clause de la vie privée.

La réponse à été : Non, Merci.

Ici, on ne demandera pas 10 ans. Encore qu’il faudrait que l’administration fiscale fasse une étude anonyme sur l’enrichissement des personnalités politiques et qu’elle compare cela à l’évolution du pouvoir d’achat et du niveau de vie des autres catégories sociales, nul doute qu’on en tirerait des enseignements précieux, profitables à une véritable réforme.

La poudre aux yeux du patrimoine des élus retombe donc à plat, car elle ne dit rien. C’est une image morte. On attendait de Hollande une vraie réforme pour une fois. Mais, visiblement, il faudra attendre encore longtemps. La question qui semble se poser à lui est celle-ci : comment réformer un système dont on est prisonnier, car étant le parfait produit ? La première réponse nécessite un premier pas : que Hollande se change d’abord lui-même avant de prétendre pouvoir changer la France ou, pire, la réformer. J.M. Ayrault a de l’avance ici sur le président.

Rien n’est pire que de faire les choses à moitié. Les choses, on les fait ou on ne les fait pas. On ne fait pas semblant de les faire pour amuser la galerie.

J.M. Ayrault avait annoncé qu’il fallait aller « jusqu’au bout », car cela était « nécessaire ». Le lendemain, il est démenti par son patron, Hollande. Le patron aurait-il peur de ce que contient sa propre fiche d’imposition ? Qu’adviendra-t-il si le fisc constatait une non concordance de la déclaration du patrimoine déclaré des élus - ce qui est le cas - d’avec la déclaration fiscale ? Comme tout cela sera fait dans l’ombre et l’opacité qu’on reinjecte via le protocole institutionnel, on a fait semblant d’avancer d’un pas dans la Transparence pour mieux reculer de deux dans l’opacité. La déclaration fiscale doit concerner non pas uniquement l’élu, mais la famille (le mari et la femme), car on sait qu’en France, les élus placent leurs épouses à des postes stratégiques et bien rémunérés qui rapportent du patrimoine dans la besace familiale. Il y a pire : les legs et autres formes de dissimulations possibles d’un conjoint exposé publiquement à son époux ou épouse.

Dans ce grand tour de passe passe auquel la chose aboutit, on a au moins une révélation : le maillon faible est le président lui-même et l’homme qui a les "couilles" dans l’exécutif est J.M. Ayrault. C’est pas mal, cette clarté, car du temps de Fillon/Sarko, on n’a pas pu savoir qui était le véritable fossoyeur de la marche en avant du pays : l’occasion ne s’est pas présentée pour qu’on puisse en juger.

Le couple PM/Président est encore un reste de Monarchisation du pouvoir qui brouille la responsabilité. Obama, Cameron, Merkel sont responsables de leur gouvernement, il n’y a pas de PM. Curiosité française qu’elle partage avec l’Italie, Israél, l’Espagne, bref, avec les pays de seconde zone dans l’Europe. Que fait le PM exactement et que fait le président ? Que fait un PM démenti par son président ? Quid lorsque c’est le PM qui a visiblement raison et le président faux ?

Eh oui, la France est dans la merde. Probablement que la bonne attitude consiste à regarder tout cela de loin. Cela garantit déjà une chose : d’éviter les particules du saupoudrage. La diffusion du patrimoine des élus sans les avis d’imposition permettant de connaître en détail les revenus qu’ils tirent de l’Etat est strictement sans intérêt. Cela n’apporte rien au savoir et à l’intelligence des politiques publiques. Pourtant, il y a matière avec les avis d’imposition.

Au bout d’un an, la sagesse consiste à prendre ses distances avec un objet indéfini et définitivement corrompu que ni les élus, ni l’élite, ni même les corps intermédiaires, la société civile et le peuple n’ont véritablement envie de changer, sauf en bavardages. Faisons donc une large place à la parlotte franco-africaine auto-suffisante, sport favori du peuple faible de France qui ne sait même pas ce qu’il veut : un jour c’est gris, le jour d’après, c’est bleu, et après, c’est vert, au gré du vent, des courants et du larbinisme. La France se ment à elle-même, tant qu’elle croira qu’il suffit de parler et de discutailler d’un problème pour qu’il soit résolu ; simplement par le "tchatte". La France se ment à elle-même tant qu’elle élira toujours les mêmes bonimenteurs. Si ce jeu de l’Autruche lui convient et qu’elle fait semblant de gémir alors qu’elle est bien, laissons la France maso se vautrer dans son plaisir sadomaso. Qui sait ? Peut-être s’y plaît-elle finalement.

Sinon, à l’étranger, lundi, Le NY Times a remporté 4 Pullitzer. Les sujets qui ont été primés dans le quotidien sont oh combien d’actualité ici chez nous en France : les enquêtes sur la grande distribution et la richesse planquée dans les paradis fiscaux de l’ex premier ministre Chinois, on est en plein dans l’actualité française. Ailleurs, on sait qu’il faut faire quelque chose. Chez nous, c’est pas touche. La corruption mène la France par le bout du nez et ce n’est pas demain la veille que cela s’arrêtera.

Au fait, pour qu’il y ait corruption, il faut toujours deux acteurs : un corrompu ou plusieurs et un corrupteur voire plusieurs. Dans l’ordre chronologique, le corrompu précède le corrupteur. Autrement dit, le peuple de France a les élus qu’il mérite et qu’il a lui même contribué à façonner par un laisser faire coupable, une démission tout aussi coupable et une collaboration au Système totalement suicidaire. Mais, chaque peuple est libre de choisir la façon dont il veut se suicider. Au nom de la liberté des peuples à disposer d’eux-mêmes, vive le suicide collectif du peuple de France ! Ou son réveil...

Le séisme politique annoncé était une fausse alerte sismique. Je répète : Fausse Alerte Sismique Politique.

 
A propos de Mon site SPIP
Sans réagir sur le fond des motifs du mandat d’arrêt international du Président Soudanais : crimes de guerre et crimes contre l’humanité, l’Union Africaine a pourtant manifesté son extrême prudence pour cette condamnation d’un de ses membres. Raison avancée : la sécurité et la paix doivent primées sur la (...)
En savoir plus »
Thèmes