jeudi, 14 décembre 2017
 

Du nouveau dans l’affaire DSK. La Russie affirme que DSK est victime d’une conspiration des US

D’après le rapport secret du FSB (Federal Security Service), DSK était de plus en plus préoccupé au début du mois de Mai par le blocage de la promesse de vente faite par les Etats-Unis au FMI de 191.3 tonnes d’or. L’accord a été conclu avec le Bureau Exécutif du fonds en Avril 1978.

Le rapport fait état d’un DSK qui aurait exprimé ses préoccupations auprès des membres de l’administration américaine proches du Président Obama. A la suite de quoi, il a été "contacté" par des "agents incontrôlés de la CIA" qui lui ont fourni des "preuves concrètes" que tout le stock d’or que les Etats-Unis étaient supposés détenir "avait disparu".

Ayant reçu ces preuves concrètes, DSK a entrepris de quitter immédiatement les Etats-Unis pour Paris. Sa décision a été précipitée par le contact des agents de la DGSE Française qui l’ont informé que les autorités Américaines cherchaient à le capturer. A la suite de quoi, il s’est rendu à l’aéroport JFK en respectant les consignes des agents de la DGSE qui lui ont demandé de ne pas se servir de son téléphone portable, car la police des US pouvait le filer et le localiser.

Une fois que DSK s’est senti en sécurité à bord du vol Air France pour Paris, continue le rapport, il a fait "l’erreur fatale" en appelant l’hôtel depuis un téléphone portable dans l’avion pour leur demander de remettre le téléphone portable à sa résidence à Washington. Le téléphone a été laissé à l’hôtel sur ordre des agents de la DGSE, afin d’éviter toute possibilité de géolocalisation.

Ce coup de fil a permis aux agents des Etats-Unis de l’appréhender à bord du vol pour Paris.

Cette version des faits apporte des explications sur le téléphone oublié et sur la rapidité pour le moins étonnante de la présence des policiers sur place. Le téléphone n’a pas été oublié dans la précipitation de quitter les lieux après un "pseudo viol", mais pour obéir aux ordres de la DGSE. La rapidité de l’intervention de la Police de NY n’est pas due à l’appel pour le viol mais aux ordres des autorités américaines d’arrestation de DSK.

« Cela ne me semble pas correspondre à la réalité » : Vladimir Poutine

Le rapport des services secrets de la Russie continue en précisant que, au cours de ces deux dernières semaines, DSK a pu entrer en contact avec un ami proche, un grand Banquier Egyptien, Mahmoud Abdel Salam Omar afin qu’il puisse récupérer les "preuves concrètes" que la CIA lui avaient précedemment rapportées. Coup de théâtre, Mardi 31 Mai, le banquier Egyptien a été accusé par les Etats-Unis de « crimes sexuels » également contre une femme de ménage dans un hôtel de luxe. Un schéma et une accusation qui ressemblent comme deux gouttes d’eau au scénario de DSK et qui fait dire aux rapporteurs Russes que "cela semble invraisemblable" eu égard à l’âge du banquier 74 ans et à sa condition de pieux Musulman.

Après avoir lu ce rapport, Vladimir Poutine a donné ordre de poster sur le site officiel du Kremlin une défense pour Dominique Strauss Kahn devenant ainsi le premier dirigeant du monde à affirmer que « l’ex Directeur du FMI a été victime d’une conspiration de la part des Etats-Unis ». Poutine a ajouté « qu’il m’est difficile d’évaluer les motivations politiques secrètes. Pourtant, je ne puis croire que les choses soient telles qu’on a bien voulu nous les présenter. Cela ne me semble pas correspondre à la réalité ».

Source. WhatDoesItMean.Com.

Dominique Strauss Kahn comparaîtra lundi 6 Juin. Cette défense du Kremlin et de Poutine va peser de tout son poids d’or manquant aux USA.

2 Messages de forum

  • DSK EST DANS DE BEAUX DRAPS

    Réglé en trois coups de cuillère à pot, il a dit non coupable, aux sept chefs d’accusations, en sept minutes. La défense demanda six semaines pour étudier le dossier de l’accusation, accordé. Rendez-vous donc le 18 juillet pour la suite des audiences préliminaires que la défense va essayer de mettre à profit en démontant les charges les unes après les autres. Par après, ce sera proprement dit le procès, dans six mois, si tout va bien.
    C’est alors que le procureur de NY, Cyrus Vance, devra faire la preuve de la culpabilité, lui qui a l’ambition de briguer la marie de NY City. Il a un besoin urgent de se refaire une petite santé politique ! DSK sera son bouc émissaire tout trouvé, bonne chance ! Place au spectacle, quand l’Amérique profonde si friande de justice et d’égalité, se prend à rêver d’un monde meilleur !

    Ce 6 juin devant la cour de justice de NY, des manifestantes attendaient spontanément DSK sur le trottoir ! Ces femmes de chambre syndiquées criaient : la honte, la honte à n’en plus finir, alors qu’au bras Anne Sinclair il se présentait à l’audience. La guerre des images commence !
    C’est loin d’être gagné d’avance pour le parquet qui devra faire la preuve de la culpabilité du prévenu à l’unanimité, quand il suffira à la défense de décrédibiliser la plaignante pour le faire acquitter. S’il suffit d’un seul chef d’accusation pour envoyer DSK sous les verrous, il a noté que le vote doit se prendre à l’unanimité par les douze jurés, sinon l’on recommence !

    Belle partie de poker en perspective pour les six prochains mois, quand la défense va tenter de démolir chacun des chefs d’accusation. À ce petit jeu, Maîtres Taylor et Brafman sont des orfèvres en la matière ! Réussiront-ils à la faire craquer à l’usure ou par défaut de forme, à moins que cela se produise dans leur contre-interrogatoire. Mais d’ici là, tout peu arriver !

    Fort bien conseillée, la plaignante a décidé de frapper un grand coup en prenant un nouvel avocat, quand ce n’est pas avec du vinaigre, que l’on attrape des mouches ! D’entrée de jeu le redoutable .K Thompson impose son style en présentant sa cliente comme victime exemplaire de sa statue sociale ! Il n’y aura pas d’entente, allons donc ! Parions justement le contraire. Il fut engagé pour faire contrepoids au prochain travail de démolition de Brafman avant la plaidoirie et à son talent de séducteur des jurys populaires, si l’on en venait là !
    K Thompson aux accents populistes, nous joue déjà le refrain démago : le petit peuple de couleur victime des abus des grands en appelant à la mémoire de celles qui auraient déjà pâti des débordements de DSK !. J’aimerais tant vous parler leur dira-t-il, en ne pensant qu’à son pourcentage dans une future poursuite au civil ! Heureusement que la sincérité ne se lie pas sur le faciès !
    Pas déjà arrivées, que des femmes de chambre venaient conspuer l’accusé pour mieux enfoncer le clou de la légitimité de la lutte des classes ! Tout ce que l’Amérique veut entendre : plus de Madoff, que des Américains ! Comme il est brillant ce défenseur des opprimés. Mais B.Brafman qui n’est pas naît de la dernière pluie, en fin connaisseur du jeu médiatique, encaisse le coup préférant prendre connaissance du dossier avant. Il axe toujours sa défense sur une relation consentie !
    Pour l’instant nous n’avons que la version de la police de NY, alors, qui croire, quand tout, n’est ni blanc ni noir ? Il ne fait aucun doute que des preuves d’ADN relevées sur le col de la plaignante sont plus accablantes pour l’accusation, que pour la défense. Comment plaider l’agression spontanée sans un consentement préalable, quand elle a mordu à deux fois l’hameçon ? Et bis repetitas, nous dit le rapport de police, elle était sous la contrainte d’un violeur, et semble-t-il à la vue du room service, présent ! Décidément, l’excès de dopamine après soixante balais devrait être prohibé ! Si DSK est un dragueur compulsif, c’est bien connu, mais un précédent révélateur sur une jeune journaliste française a fait état de violence ! Alors là, le bénéfice du doute s’estompe, quand il a reconnu avoir perdu le contrôle avec la jeune femme, l’avouant à sa mère, qui cracha le morceau à la télé ! Aïe, c’est mal barré, malgré qu’aucune poursuite ne fût jamais engagée !
    Alors, cherchez l’erreur quand, le franc tireur se serait jeté dans la gueule du loup, tête baissée au Sofitel ! Mais par hasard, ne nous manque-t-il pas un bout de l’histoire, quand tous les chats sont gris ?
    Peut-être que les enregistrements des clefs électroniques seront déterminants, pour nous révéler où se situe la part des vérités respectives ! Mais quand le grand déballage va commencer, à ce petit jeu, Benjamin Brafman est le maître ! Ça promet !

    Mais pourquoi le parquet de NY continue-t-il de cacher la plaignante ? S’il est convaincu de la véracité des faits rapportés, pourquoi la détient-il toujours au secret absolu ? A-t-il peur de gaffes, qui compromettraient les chances de l’accusation en la dévoilant trop tôt à la presse ?

    Un fait passé inaperçu jusqu’alors, pose question ! Le département de la police de NY le NYPD est sous la direction de Ray Kelly, qui fut décoré de la Légion d’honneur par Sarkozy en 2006. L’année dernière il fut invité à Paris, hasard du calendrier, à l’occasion de la remise d’une autre Légion d’honneur à Alain Bauer, expert français de sécurité nationale ! Si R.Kelly connaît très bien Paris, Sarkozy depuis est devenu président !
    Or, comble de malchance pour son directeur, le NYDP est à l’origine des fuites orchestrées contre DSK. Et ce n’est pas tout ! Dans cet imbroglio politico policier, le chef du service de la sécurité de Sofitel à l’international, René Georges Querry, un ancien commissaire français de police, qui travaille conjointement avec le NYDP business as usual , a aussitôt alerté les plus hautes autorités françaises, qui suivaient en temps réel la situation de DSK. N’allait surtout pas y voir une manœuvre, ou un complot pour donner libre court à vos doutes légitimes, quand ce n’est qu’une coïncidence fortuite ! C’est déjà assez compliqué comme cela avec les spéculations concernant le FMI, sans en rajouter !

    À ce rendez-vous fatidique du vendredi 10 juin coïncide le dépôt des candidatures à la direction du FMI et la décision du CJR , pour abus de pouvoir dans l’affaire B.Tapie. Ce sera le jour le plus long pour C. Lagarde !
    Après sa tournée auprès des pays réticents à son investiture, c’est l’heure de vérité ! La décision de La Cour de justice de la République va peser lourd dans la balance, quand au FMI, tous attendent le verdict !
    Finalement coup de théâtre, elle reporte sa décision au 8 juillet, laissant ainsi le champ libre à C. Lagarde pour se lancer dans la course au FMI, sans porter le blâme éventuel de partialité, pour ne pas avoir donné suite à la plainte de SOS racisme !

  • Bonjour,
    Comment accéder au message, que j’ai envoyé.Si message est affiché collé au texte, impossible d’y accéder !
    Merci
    Bien à vous Antonio

 
A propos de Mon site SPIP
Sans réagir sur le fond des motifs du mandat d’arrêt international du Président Soudanais : crimes de guerre et crimes contre l’humanité, l’Union Africaine a pourtant manifesté son extrême prudence pour cette condamnation d’un de ses membres. Raison avancée : la sécurité et la paix doivent primées sur la (...)
En savoir plus »
Thèmes