lundi, 18 juin 2018
 

"Les Français parlent aux Français" - Poutine ne laissera pas tomber Bashar al-Assad (Syrie).

De la Lybie à la Syrie. La diplomatie irresponsable de l’Occident.

D’un côté un Président Français qui reprend la rhétorique usée jusqu’à la corde des Alliés Occidentaux et la diplomatie des "ultimatums" aux Chefs d’Etats étrangers du Sud et du Moyen Orient leur demandant de "s’en aller" pour libérer le pays et de favoriser la transition vers la démocratie ; et,de l’autre, les pays où on a chassé les chefs d’Etats : l’Egypte, la Tunisie, la Lybie, l’Irak et, d’une certaine manière l’Afghanistan et le Soudan déstabilisés pour longtemps dans l’insouciance générale des donneurs d’ultimatums. Qui plus est, ces derniers n’en tirent aucune leçon. Ils reconduisent les "ordres d’obtempérer", comme un seul homme, recourent aux sanctions abusives, gèlent les avoirs, expulsent les Diplomates étrangers comme de vulgaires "sans papiers" : le tout sous la houlette de l’Oncle Sam et du Royaume Uni, qui en matière de politique internationale, ne connaissent que le discours de la force. Les autres s’alignent nécessairement.

La loi du plus fort n’entre pas dans le cadre du Droit

« Il n’y aura de sortie à cette situation qu’avec le départ de Bachar el-Assad », a déclaré le Président de la France. Ce à quoi Vladimir Poutine a opposé une réflexion de fond "Où sont les pays comme l’Irak et la Lybie ? Y a-t-il plus de paix qu’avant ?" Evidemment non. "Pourquoi n’en parlez-vous pas ?" Ou plutôt "n’écrivez-vous pas de ce qui ce passe en Syrte" ? N’écrivez-vous pas, l’expression s’adresse aux journalistes Occidentaux qui gèrent un agenda calqué sur l’agenda politique et non un agenda libre et propre à la presse.

Il ne se passe presque plus une seule semaine, sans que le scandale de News of the World ne cesse d’apporter les preuves, d’une complicité cynique entre les journalistes et les politiques qui met la démocratie sens dessus-dessous.. Faute d’une presse véritablement libre du politique, l’ensemble de la diplomatie reste opaque. Les révélations de Julien Assange (Wikileaks) lui coûtent donc très cher. Il a brisé la loi du silence. Le prix à payer est fort et le chemin qui reste à parcourir pour parfaire la démocratie est encore long, très long. C’est pourquoi, dans ma profession de foi que certains d’entre vous ont déjà probablement reçue - pour ceux qui ne l’ont pas encore reçue - à partir de maintenant, cela ne saurait tarder, j’ai conclu en disant que "la Démocratie n’était pas achevée". Il nous appartiendra de la faire évoluer. C’est l’autre mission qui nous attend, si vous me choisissez pour vous représenter à l’Assemblée nationale.

Lorsqu’il fallait allait traquer le colonel, la presse occidentale était présente en Lybie. Depuis l’élimination du guide, il n’y a plus personne. En Lybie, on tue tranquillement. L’oncle Sam et la vieille Europe le savent mais le mot d’ordre c’est motus et bouche cousue. La diplomatie occidentale se discrédite toute seule, sans compter ses compromissions avec les terroristes de tout poil, spécialistes de tous les coups bas foireux capables de faire tomber un régime qui ne plaît pas aux « Maîtres du Monde ».

Si je devais voter pour une intervention armée ou des sanctions en Syrie en tant que Députée, je voterai contre, car la loi du plus fort n’entre pas dans la légalité, ni dans une philosophique Humaniste. En Syrie, il faut le dialogue, encore du dialogue et toujours le dialogue. Le monde a évolué et aucun Chef d’Etat, même le plus fou, ne peut plus croire qu’il est libre de faire comme il veut, faisant fi du peuple. Même pas Fidel Castro qui continue à régner via son frère, Raoul.

Quant à Koffi Annan, il fait plus office « d’Envoyé Spécial de l’Amérique et de ses Alliés » parmi lesquels figure désormais l’Allemagne. Par conséquent, il ne peut pas être impartial, même s’il l’est plus que la « Ligue Arabe ». Le plus sûr moyen de relancer la course aux armements est l’usage de la force. Depuis que le communisme s’est écroulé, le monde est unipolaire et ce n’est pas bon. Cela occasionne toutes les dérives.

La France, l’Espagne, le Royaume Uni, l’Italie, le Canada, l’Australie, les Etats-Unis et l’Allemagne expulsent les Ambassadeurs de la Syrie.

On rejoint ici ce que je vous disais dans la première lettre : "tout pouvoir hégémonique corrompt nécessairement" (F.X. Verschave). Pensez-y au moment du vote et éviter de confier la totalité des pouvoirs aux Hommes d’un même parti. Ce n’est pas pour prêcher pour ma paroisse - encore qu’étant en campagne, j’y ai parfaitement le droit - mais c’est pour vous et moi. Plus un pouvoir est hégémonique, plus il est méprisant. Tel un rouleau compresseur, son pouvoir semble illimité et sa pression est souveraine, en l’absence de tout contre pouvoir. Pour cela, même un seul député indépendant des partis politiques préconditionnés peut faire basculer la donne. Ne vous dites pas, "mais si on choisit d’élire Elise comme notre Députée, elle sera isolée et nous courons le risque de perdre sur nos exigences si elle est seule dans ce cas". Jamais, vous ne perdrez, si j’ai votre délégation et votre soutien derrière moi. Jamais et, au fur et à mesure que je m’ouvre à vous, vous verrez et comprendrez que je suis la mieux placée, expérimentée et qualifiée pour changer le destin de notre territoire.

- Je le dis, car, j’en ai la conviction.

- Je le dis, car j’en ai les moyens : l’énergie, la force et les moyens intellectuels que cela nécessite.

- Je le dis, car venant du terrain et connaissant ses réalités, ma capacité intellectuelle se décuple avec cette expérience associative et l’activité de recherche tout comme la connaissance des logiques administratives qui, combinées, affinent l’analyse et accélèrent la prise de décision.

Vous pouvez me faire confiance. Si vous le faites, je vous garantis et vous promets une aventure extraordinaire. C’est vous qui décidez de la suite des évènements.

Le Député sortant ne peut plus faire plus que ce qu’il a fait, au cours de ces 5 dernières années. Il faut passer à autre chose, à la vitesse supérieure. J’ai promis que je n’allais pas faire de l’opposition pour l’opposition - de l’opposition systématique et stérile - ou du "oui oui béni". Si vous pensez comme moi - et cela se voit à l’oeil nu - que le territoire manque de souffle et d’insuffleur d’énergie, alors n’hésitez pas le 10 Juin. Mettez un bulletin de vote en mon nom pour faire de Saint-Denis un cadre expérimental extrêmement prolixe.

De vous à Moi, cette Assemblée inaugure une nouvelle ère de la vie parlementaire en France. Non seulement « le cumul des mandats » est désormais interdit, ainsi que l’a promis le Président de la République et, s’il présente un tel texte, je le voterais sans hésitation, mais encore le monde est en pleine mutation. De profonds changements sont en cours : le « pacte de consolidation budgétaire » inaugure cette nouvelle période où « la gouvernance » va devoir changer. Il importe de renouveler la physionomie de la représentation nationale et il importe de donner de la cohérence à nos jérémiades. Combien de fois avons nous entendu que c’était toujours les mêmes profils de politique partisane qui étaient élus ? Qu’il fallait que la représentation nationale soit conforme ou se rapproche le plus possible de la sociologie sociale. Eh bien, l’heure d’un tel choix est venue et le département de Saint-Denis va servir de « cadre d’observation pilote » dans cette élection pour voir dans quelle mesure le peuple de France est cohérent avec lui-même et avec ses exigences. D’une certaine manière, cette élection est déjà expérimentale en soi, ici dans le 93 et votre choix doit avoir du sens.

C’est donc par vous et avec VOUS que commence la première expérimentation. Une fois que vous aurez impulsé le mouvement, en me confiant la mission de vous représenter à l’Assemblée nationale, alors tout deviendra Possible entre nous et entre nous et le territoire. J’ai envie de vous dire que - plus que jamais - c’est vous qui détenez les clés de l’avenir du département de Saint-Denis. C’est une responsabilité immense qui dépasse le cadre de la 1ère circonscription. C’est une « responsabilité historique » de savoir qu’on peut faire basculer le destin d’un territoire aussi capital et aussi vaste. C’est une responsabilité dont vous devez être fiers, car, plus tard, vous pourrez dire à vos enfants et à vos petits-enfants, que ce 10 Juin, vous avez changé leur destin dans le bon sens.

Je vous fais confiance pour ne pas vous tromper, le 10 Juin. C’est dans une semaine.

N’oubliez pas qu’au coeur de la loi, il y a la vie.

La paix dans le monde est essentielle à la reprise économique et au développement des pays d’émigration, condition de la maîtrise de l’immigration. La paix est nécessaire à la sécurité et la liberté de la circulation des hommes. N’étant pas pour une culture de la mort, jamais, je ne voterais un texte incitant à la guerre ou aux sanctions, car les sanctions frappent les pauvres, les mères et les enfants, toujours. D’autre part, nous devons nous respecter mutuellement. Cela implique de laisser toujours une porte de sortie digne à un dirigeant. De donner du temps au temps dans la transition et de ne surtout pas manipuler le jeu de la transition, en choisissant un camp et en prônant l’usage de la force. La force, oui, mais pas la force destructrice.

Pour avoir précipité les destitutions des Chefs d’Etat, le printemps Arabe n’est pas vraiment une réussite et son coût sera finalement trop élevé avec à la clé une incertitude sur une période dont personne ne peut dire maintenant combien de temps cela va durer. Le Mali paie déjà le prix fort.

Il n’est pas pensable qu’un seul Chef d’Etat au Monde soit insensible aujourd’hui au sort de son peuple, pas même les dirigeants africains qui ont mis un frein aux vastes détournements d’argent, même pas Kadhafi - dont on a entendu le paternalisme devant les agents qui l’ont arrêté. C’était ses derniers mots, avant qu’on ne le revoit déshabillé, mort, honteusement étendu à même le sol dans un hangar désaffecté et donné à sa famille dans le plus grand secret avec ordre de l’ensevelir dans un endroit secret pour éviter d’en faire un lieu Martyr. Qui parmi les Chefs d’Etat étrangers qui ont décidé de cette mort peut se targuer d’avoir fait plus de choses pour la Libye et les Libyens que le Guide ? Qui parmi eux a combattu les colons pour libérer la Libye de la tyrannie coloniale ? Qui s’est le plus soucié du développement de la Libye durant ces 40 dernières années plus que le colonel Kadhafi ?

Aucun Chef d’Etat étranger ne peut prétendre aimer un peuple plus que ses propres dirigeants, quelles que soient par ailleurs les dérives des uns et des autres. Il est légitime de critiquer et de montrer du doigt en jugeant les choses à distance. Sur le terrain, les choses sont bien plus complexes et les dirigeants Occidentaux se sont trompés sur toute la ligne dans les dernières transitions imposées de force, suivant un calendrier dont on savait pertinemment qu’il mènerait à la catastrophe, au mieux, et, au pire, aux règlements de compte.

La politique du pire ne peut pas être cautionnée. La moralisation de la vie publique l’exige.

Vladimir Poutine vient d’être réélu.Victoire de Poutine. "Gloire à la Grande Russie".

Lettre N° 4 d’Elise Mbock aux habitants du 93 - 1ère circonscription (Epinay sur Seine, Saint Ouen, La Plaine et l’Ile Saint Denis)

Prenez connaissance de nos billets antérieurs sur le sujet.

La Syrie ne sera pas l’autre Libye.

Echange musclé Poutine/Sénateur McCain : Poutine répond à Mc Cain qui le "menace de connaître le même sort que le colonel Kadhafi".

Guerre en Lybie.

Mes engagements précédents dans la rubrique que nous partageons désormais "Les Français parlent aux Français".

- Ma déclaration de candidature

- Lettre n° 1

- Lettre n° 2

- Lettre n° 3

Abonnez-vous au flux RSS pour recevoir ma lettre "Les Français parlent aux Français".

 
A propos de Mon site SPIP
Sans réagir sur le fond des motifs du mandat d’arrêt international du Président Soudanais : crimes de guerre et crimes contre l’humanité, l’Union Africaine a pourtant manifesté son extrême prudence pour cette condamnation d’un de ses membres. Raison avancée : la sécurité et la paix doivent primées sur la (...)
En savoir plus »
Thèmes