mercredi, 7 décembre 2016
 

Robert Mugabe fête ses 85 ans

C’est jour de fête aujourd’hui au Zimbabwé... pour les heureux élus et pour les habitants du village natal du Président Robert Mugabe. Des étudiants ont été invités, en provenance de tout le pays à la fête. Les heureux élus auront la chance de rencontrer l’élite du parti du Président. A ceux qui s’interrogent sur l’origine des fonds, le parti leur répond que l’argent provient de la cotisation de ses membres et des sympathisants. Politiquement, pour le Président, cette somptueuse fête ressemble à un réferendum.

Ce qui explique pourquoi le Premier Ministre, Morgan Tsvangiraï a décliné l’invitation. Son porte parole a dit "qu’il s’agissait là de la fête d’un parti politique à laquelle le Premier Ministre n’est pas obligé d’assister". Morgan Tsvangiraï a cependant précédé la célébration en se rendant à l’hôpital de la capitale pour rappeler au Président et à son parti en fête que le pays avait une épidémie de choléra en cours et que l’hôpital était en rupture de médicaments. L’hôpital a besoin de 30 000 dollars pour reprendre ses activités.

Une réponse politique à une fête politique

Le Premier Ministre veut donc faire apparaître cette fête comme un manque de solidarité du parti du Président et du Président envers leurs concitoyens qui souffrent.

Selon, l’Organisation Mondiale de la Santé, 3 731 personnes sont décédées de l’épidémie du choléra et 80 000 sont atteintes. Les chiffres indiqués sont attribués au Ministre de la Santé du Zimbawé. Et les Nations Unies estiment que 2/3 de la population dépendent de l’aide alimentaire et humanitaire.

Le Zimbabwe fait face à une crise économique, sanitaire et alimentaire ; la pire depuis son indépendance en 1980. Son inflation est la plus élevée au monde et le pays est en pleine restructuration agricole - à la suite de la réforme agraire -

Le blocage politique vient de se lever il y a tout juste un mois avec la mise en place d’un gouvernement d’union nationale. Peut-être de beaux jours en perspective.

Happy birthday Mr. President.

 
A propos de
Sans réagir sur le fond des motifs du mandat d’arrêt international du Président Soudanais : crimes de guerre et crimes contre l’humanité, l’Union Africaine a pourtant manifesté son extrême prudence pour cette condamnation d’un de ses membres. Raison avancée : la sécurité et la paix doivent primées sur la (...)
En savoir plus »
Thèmes